Le FC Renaissance du Congo entre dans l’histoire

Le FC Renaissance du Congo a remporté la 52e Coupe du Congo de football, en s’imposant en finale, le mercredi 29 juin 2016 dans un stade Tata Raphaël de Kinshasa rempli comme un œuf par des supporters arborant la couleur orange, face au CS Don Bosco du Congo. Dans la tribune d’honneur, on...

Le FC Renaissance du Congo a remporté la 52e Coupe du Congo de football, en s’imposant en finale, le mercredi 29 juin 2016 dans un stade Tata Raphaël de Kinshasa rempli comme un œuf par des supporters arborant la couleur orange, face au CS Don Bosco du Congo. Dans la tribune d’honneur, on a noté la présence du ministre des Sports, Denis Kambayi, du gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta Yango, du président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa, Nsingi et naturellement, de l’évêque Pascal Mukuna, qui, la veille du match, déclarait à la presse, que le trophée de la Coupe du Congo de football n’allait pas quitter le sol kinois pour Lubumbashi.

Deux buts à zéro, ce fut le score de la partie. L’entraîneur adjoint, Dauda Lupembe, du FC Renaissance du Congo avait placé Guy-Serge Mukumi dans les perches, et dans le champ, Christian Ngimbi, Djuma Shabani, Kasongo Kabiona, Tshombe Bayide, Okito Kazadi, Matumona Zola Rumm le capitaine, Bokungu Ndjoli, Kazadi Kasengu, Manga Dianzenza alias Cissoko. Le coach Isaac Kasongo Ngangu a aligné le gardien de but malien Ibrahim Munkoro dans les buts, et dans le champ Nestor Mwilambwe, l’international Miche Mika revenu du tournoi Cosafa Cup en Namibie avec les Léopards de la RDC, Eric Kabulo, Joël Museviko, Onedika, Godé Masengo, Ilongo Ngasanya alias Saddam, le Zimbabwéen Ali Sadiki, Ben Malango et Ushindi wa Kubanza.

FC RennaissancePrenant rendez-vous avec l’histoire, le club orange fondé en 2014 après la dissidence avec le Daring Club Motema Pembe (DCMP) et dirigé par l’évêque Pascal Mukuna de l’Assemblée chrétienne de Kinshasa (ACK), a vite ouvert la marque, dès la deuxième minute sur penalty, converti par son dépositaire de jeu, Matumona Zola Rumm. Les joueurs du coach Eric Tshibasu et son adjoint Dauda Lupembe ont ensuite exercé un pressing haut sur l’adversaire qui a, pendant plusieurs minutes, évolué dans son camp. En dépit de sa possession de balles, Don Bosco n’est pas parvenu à percer les deux rideaux du dispositif tactique de Renaissance du Congo. Et sur une contre-attaque dans les temps additionnels de la première période, c’est l’attaquant Kazadi Kasengu qui a porté la marque à deux buts à zéro, donnant littéralement le coup de grâce aux Salésiens de Lubumbashi. Deux buts à zéro à la pause, scénario rêvé par ce club face à un adversaire bien plus expérimenté.

En deuxième période, les protégés de l’évêque Pascal Mukuna ont géré la partie jusqu’au coup de sifflet final de l’arbitre Ndinga Mbongisa. Les entrées de Tardeli Ngoie à la place d’Ilongo, de Jonathan Mwin Dibundu, sauveur des Salésiens en demi-finale à la place du Zimbabwéen Ali Sadiki, et de Kamba à celle d’Ushindi, n’ont pas changé la physionomie du match. Du côté orange, on a noté les montées sur l’aire de jeu du stade Tata Raphaël de Rashidi Musinga (à la place de Bokungu), Kalombo alias Milimo (à la place de Kazadi Kasengu).

C’est le ministre des Sports, Denis Kambayi, qui a remis le trophée au capitaine Matumona Zola Rumm du FC Renaissance du Congo, vainqueur de la 52e Coupe du Congo, dans une ambiance de joie indescriptible des milieux des supporters qui ont empli le stade Tata Raphaël pour ce premier trophée national de leur club de cœur. Après avoir échoué en demi-finale de cette compétition en 2015, le FC Renaissance s’adjuge le titre et va défendre les couleurs de la RDC à la Coupe de la Confédération en 2017, et disputer de facto le championnat national de football la saison prochaine.

Martin Enyimo,
Avec ADIAC-CONGO

Commenter

Cliquez-ici pour commenter