Connect with us

Newsroom

Eric Tshibasu: « je suis un entraineur professionnel », il est difficile pour Matumona de tomber si bas !

Dans une interview accordée à L’Avenir, ce technicien qui a eu des problèmes avec son club, est resté réservé quant à son possible retour annoncé par le président Mukuna.

En deux mots, quel est l’avenir du coach Eric Tshibasu avec le FC renaissance ?

(Rire …), je ne suis pas là pour parler de moi-même. Renaissance, ce n’est pas coach Eric Tshibasu. Je suis venu, je l’ai trouvé champion de l’Epfkin. C’est un club qui veut s’inscrire parmi les grands clubs et qui a de superbes supporters. Il ne faut pas résumer Renaissance à Eric Tshibasu.

… Mais l’Evêque Mukuna affirme que vous faites partie du club ?

Il y a eu des choses qui se sont passées, on attend la suite des événements, mais ça doit se régler en interne. Si le président le dit, tant mieux. Il n’y a pas seulement le fait de le dire, je suis un entraineur professionnel. Il y a pleines choses à régler, si elles sont réglées, il n’y aura pas de souci, et les choses vont s’améliorer dans le bon sens.

Sur la suspension de vos joueurs, comment réagissez-vous ?

Non, je n’ai rien à dire parce que je n’étais pas là. Donc, je ne peux pas me mêler d’une affaire dont je n’étais pas sur place. J’attends la reprise. Si je suis encore là, on verra. Si je suis encore là, bien entendu, on verra comment on va le gérer.

Vous étiez avec Roum Matumona, ça peut arriver qu’il soit corrompu ?

Je connais la personne au-delà du football. C’est quelqu’un qui a toujours montré une intégrité dans sa façon d’être. Je le connais très bien. C’est plus qu’un ami au-delà du football. D’ailleurs, c’est lui qui avait favorisé que je vienne dans Renaissance du Congo. Donc, je n’ai rien à dire dessus, parce que je n’étais pas là. Il est difficile pour lui de tomber si bas.

Deux défaites face à V. Club et Dcmp, de loin ça vous a tiqué ?

Oui, ça m’a affecté bien que je ne suis pas proche du groupe. Mais ça reste quand-même un club où j’ai travaillé et j’ai montré que depuis que j’étais là, je n’aimais pas la défaite. Et même si je ne suis pas là, quand j’apprends que mon club a perdu, ça doit me faire mal. C’est normal. Voilà, malheureusement, il y a pleine de choses que je ne maitrise pas dans ce club. Je ne sais rien dire. Comme je dis, ça doit se régler en interne. Ça pris beaucoup de temps, c’est qui devient un peu plus compliqué comme avant.

Au niveau de la Coupe des confédérations, avez-vous une idée de votre adversaire Akanda FC du Gabon ?

On ne connait pas encore très bien notre adversaire. On n’a pas de passé dans cette Coupe d’Afrique. On ne va pas être là pour analyser notre adversaire. Il faut juste regarder ce match là un par un. C’est mieux pour le FC Renaissance de respecter tous ses adversaires comme on l’a fait dans la phase-aller de la LINAFOOT, dans l’idée d’apprendre et de grandir. C’est comme ça, ça va permettre à cette équipe de devenir un grand club du pays.

Résumez-nous votre parcours en Afrique du Sud avec les Léopards U20 ?

Nous étions parti avec le coach Otis Ngoma qui a du revenir et nous avons pris le règne avec les coachs Kimoto et Mayala, accompagnés du staff technique. Ensemble, on a fait du bon boulot. Nul face au Mozambique, on a battu les Comores, en quarts de final, on a battu le Malawi et nous sommes venus, malheureusement tombé les armes à la main contre la Zambie sur une balle arrêtée, qui était finalement le champion du tournoi, premièrement.

Deuxièmement, la Zambie est une équipe créée depuis dix ans, puisque ce pays-là va organiser la CAN 2017 U20. Donc, on n’a pas à rougir de notre prestation, ni de notre élimination, même si on est des compétiteurs. Entant que Congolais, nous avions envie de gagner, de ramener la coupe bien que nous n’avions que deux semaines de rassemblement. Et tous ses détails-là ont joué. Après ça, c’était un tournoi, nous sommes allés pour que les jeunes apprennent. Et notre but dans les sélections d’âge, c’est de créer des joueurs prêts à être présent à l’équipe première.

Onassis Mutombo/L’Avenir



Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Suivez-nous sur Facebook

More in Newsroom