Connect with us

Football

Florent Ibenge: « Nous avons progressé de façon régulière »

Florent Ibenge n’est pas tout à fait un sélectionneur comme les autres. Le technicien de 55 ans a non seulement en charge l’équipe nationale de la RD Congo, mais également l’un des meilleurs clubs du pays, le Vita Club.

Il explique, dans un entretien exclusif à FIFA.com, pourquoi les Léopards sont toujours en course pour atteindre leurs objectifs.

La RD Congo a terminé il y a deux ans à une belle et remarquable troisième place de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), après s’être pourtant qualifiée sur le fil pour la compétition, en tant que meilleur troisième. « Lorsque j’ai été désigné sélectionneur, en 2014, le président de la Fédération, Constant Omari, avait fixé comme objectifs de se qualifier pour la CAN 2017 et la Coupe du Monde 2018 », confie Ibenge. « Participer à la CAN 2015 était un bonus et la troisième place la cerise sur le gâteau. »

Le sélectionneur congolais a vu depuis son équipe monter en puissance. Elle a débarqué au Gabon dans la peau d’un outsider pour décrocher son troisième titre dans la compétition continentale, dont le vainqueur représentera l’Afrique lors de la Coupe des Confédérations de la FIFA, Russie 2017.

« Nous avons progressé de façon régulière », souligne-t-il. « Nos joueurs évoluant au pays ont remporté l’an dernier le Championnat d’Afrique des Nations et nous sommes très bien placés, avec deux victoires en deux matches, dans les qualifications pour la Coupe du Monde. »

L’ancien défenseur pro, qui a évolué en Allemagne et en France au cours de sa carrière, voit dans les nombreux changements mis en place l’une des raisons derrière la montée en puissance de la sélection. « Il y a eu une nette amélioration dans des domaines importants, comme les déplacements et l’équipement », assure-t-il. « Nous ne mentons pas aux joueurs. Ils savent que tout n’est pas parfait, que ce n’est pas aussi bien organisé qu’avec leurs clubs, en Europe. Mais nous pouvons leur apporter quelque chose de différent. L’équipe nationale est désormais plus compétitive et attrayante. »

La RD Congo devra se passer au Gabon des services de Yannick Bolasie. « Ce n’est pas simple de faire sans lui, c’est un joueur très important pour l’équipe, sur le terrain comme en dehors », regrette le sélectionneur. « Il s’est blessé en décembre avec Everton et sera absent pour plusieurs mois. J’espère qu’il reviendra rapidement. »

Un tirage difficile
Les Dieux du football n’ont pas été cléments avec les Léopards lors du tirage au sort. Ils affronteront en effet, dans le Groupe C, le tenant du titre, la Côte d’Ivoire, le Maroc et le Togo. « La Côte d’Ivoire est une équipe très solide », prévient Ibenge. « Ils ne perdent pas. Et ils ont encore progressé, sous les ordres de Michel Dussuyer, depuis qu’Hervé Renard a conduit la génération dorée au titre lors de la dernière édition. »

« Je connais Michel Dussuyer, c’est quelqu’un que j’admire en tant qu’entraîneur », poursuit son homologue. « Il travaille très bien, connaît parfaitement le football africain et a réussi à trouver le bon équilibre entre jeunes et anciens. Les Éléphants comptent parmi les favoris, c’est une évidence. Même en l’absence de Gervinho. »

Les Léopards débuteront la compétition face au Maroc. Désormais entraînés par Renard, les Marocains devront composer sans plusieurs de leurs cadres, dont Younes Belhanda et Oussama Tannane, contraints de déclarer forfait sur blessure. Ils ont par ailleurs perdu 1:0 leur dernier match de préparation face à la Finlande.

« Je ne prête pas attention aux matches amicaux », affirme le sélectionneur de la RD Congo. « Le Maroc sera effectivement privé au Gabon de plusieurs joueurs importants, mais j’ai beaucoup de respect pour cette équipe. Elle a du talent, de la technique et un sélectionneur, Hervé Renard, qui a fait ses preuves en Afrique. La Côte d’Ivoire a souffert face à elle lors d’un nul 0:0 en match de qualification pour la Coupe du Monde. Je m’attends donc à une rencontre difficile, ce sera tout sauf simple. »

Ibenge balaye par ailleurs les commentaires faisant du Togo le maillot faible du groupe : « Je me méfie d’eux. Comme nous la dernière fois, ils ont dû attendre la dernière journée avant de se qualifier. Ils auront moins de pression que les autres, mais c’est une équipe de qualité. »

« Emmanuel Adebayor reste l’un des meilleurs attaquants », conclut-il. « C’est un joueur de grande classe. Et il y a d’autres bons joueurs dans l’équipe. Leur sélectionneur, Claude Le Roy, connaît bien le football africain. Ils sont capables de poser des problèmes à n’importe quelle équipe. »



Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Suivez-nous sur Facebook

More in Football